Historique

Vincent Dubois : Le M2 SSP, une « entreprise collective, intellectuelle qui a réussi »

A l’occasion des 10 années du Master Sciences Sociales du Politique de l’Institut d’étude Politique de Strasbourg, nous nous entretenons avec M. Vincent Dubois, professeur et responsable du Master à propos des débuts de la formation, des orientations pédagogiques actuelles, de ses étudiants et de son futur.

Strasbourg, le 22 octobre 2014

Par Nicolas Hacquart, étudiant en master 2 Sciences Sociales du Politique

En tant que créateur et responsable actuel du master SSP, pourriez-vous nous parler des commencements de ce dernier? 

Vincent Dubois : Ce master a été créé à la rentrée 2005 sur la base d’un ancien DEA [qui désignait les masters 2 recherche avant la réforme LMD] intitulé Etudes et intégration Européenne. Ce DEA fonctionnait plutôt bien, mais posait un problème lié à sa double orientation, vers les questions européennes et vers la recherche. D’assez nombreux étudiants venaient à ce diplôme parce qu’ils étaient intéressés par les questions européennes de manière générale, pour y faire carrière, sans être spécialement intéressés par la recherche. Réciproquement, un certain nombre d’étudiants venaient par intérêt pour la recherche en sciences sociales, mais pas forcément dans la perspective de travailler sur les questions européennes. Nous avons saisi l’occasion de la réforme LMD pour réorganiser les formations de science politique à Strasbourg, en consolidant ce qui est devenu la mention Politiques européennes et affaires publiques, et en en créant d’autres, comme Politique et gestion de la culture, et donc le master Sciences sociales du politique. Dans cette nouvelle répartition, nous avons toujours tenté d’éviter une partition entre ce qui serait l’Europe d’un côté et ce qui ne serait pas l’Europe de l’autre. Dans le master SSP, on peut bien évidement, et j’y encourage, travailler sur les questions européennes. Plusieurs cours en option portent sur ces questions, par exemple, celui de Sociologie Politique Européenne. La dimension européenne est assez présente de manière générale à Strasbourg et elle est évidemment très présente dans le master SSP.

Donc finalement, nous pourrions dire que ce master est l’histoire d’un succès ? 

Vincent Dubois : Ce succès, c’est celui du développement de l’enseignement et de la recherche en science politique à Strasbourg au cours de ces dernières années. C’est une entreprise collective, intellectuelle qui a réussi, grâce à la conjonction d’éléments favorables. Il y a eu la possibilité de recruter de nouveaux collègues, ce qui serait aujourd’hui impossible. Il y a eu la possibilité de créer des formations. Et il y a eu une équipe d’enseignants-chercheurs qui avaient envie de travailler ensemble, et de contribuer à cette entreprise collective. C’est dans la même dynamique qu’a été créée et développée l’équipe de recherche, le Groupe de sociologie politique européenne d’abord, puis, depuis 2013, l’UMR SAGE [Unité Mixte de Recherche Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe].

Mais s’il est spécialisé dans la recherche, le master ne limite pas pour autant les horizons professionnels de ses étudiants à des positions dans le monde académique… 

Vincent Dubois : Ce master reste un master de formation à la recherche et par la recherche, pour reprendre la formulation consacrée, et, centralement prépare les étudiants à la poursuite en thèse de doctorat. Mais ce master est également le lieu d’apprentissage de compétences professionnelles transposables, notamment dans des fonctions d’étude, d’observation, et d’analyse liées au politique au sens large du terme, dont, notamment, à la conduite des politiques publiques. Le master SSP prépare donc aussi les étudiants à des fonctions dans des cabinets d’études, des collectivités territoriales, des administrations publiques, des associations, consistant à mener des enquêtes, procéder à des évaluations. C’est un débouché qui concerne de plus en plus d’étudiants à la sortie du master.

Comment définiriez-vous les orientations pédagogiques du master ? 

Vincent Dubois : L’une des principales orientations pédagogiques est tournée vers les aspects pratiques de la recherche : c’est le cas dans les séminaires, le stage de terrain, l’atelier de traitement des données quantitatives au second semestre et celui consacré à dans la recherche documentaire. Une deuxième orientation est l’incitation à donner une dimension collective à la recherche, dans le sens où les étudiants sont invités à travailler ensemble. Aussi, on propose aux étudiants d’inscrire leur mémoire dans le cadre d’une recherche collective menée au sein de SAGE. Donc je pense que cela fait un certain nombre de caractéristiques distinctives de l’esprit pédagogique de cette formation : valorisant la pratique, tournée vers la recherche collective et visant à l’acquisition de compétences nécessaires à la recherche avec ses exigences académiques, mais aussi transposables en dehors du monde académique. Ces compétences touchent aussi bien le traitement statistique, les données bibliographiques que les compétences linguistiques, avec le cours d’anglais appliqué aux sciences sociales. Si ces compétences sont nécessaires aux doctorants, elles le sont aussi à l’insertion professionnelle dans d’autres activités.

Plus généralement, nous sommes témoins d’une transformation de la recherche qui se traduit aussi par une transformation des demandes faites aux doctorants. Dès lors, l’introduction de modules sur la valorisation de la recherche est-elle une nouveauté et en réponse à quoi? 

Vincent Dubois : Oui, c’est en partie nouveau. Nous sommes dans la deuxième année de la 3ème maquette qui a officialisé une orientation qui commençait à poindre au cours des années précédentes. Cette orientation découle du fait que le métier de chercheur ne se résume pas à la production d’articles scientifiques, mais intègre aussi la communication scientifique, ou l’organisation de colloques par exemple. Le master peut aussi être le lieu d’apprentissage de ce type de tâches, annexes à la recherche en quelque sorte. Dans les masters à dominante dite professionnelle, ce sont des choses qui sont naturelles et nécessaires, qu’on fait moins dans des masters à dominante recherche. Ce qu’on appelle valorisation ou professionnalisation est désormais présent dans le master SSP, sous des formes qui respectent les spécificités de la recherche, comme l’organisation par les étudiants des journées de Sciences Sociales du Politique, ou la réflexion sur les conditions de la recherche hors du champ académique.

Pourrions-nous, pourtant, affirmer aux étudiants du master SSP une marque distinctive? 

Vincent Dubois : Il y a indéniablement une marque partiellement distinctive dans les choix des objets des étudiants du Master SSP. Il y a une marque qui n’est certes pas monolithique, mais qui reflète une série d’orientations qui sont celles de l’équipe enseignante et, par là, du laboratoire. Pour répondre à votre question, ce qui réunit les équipes enseignantes et les doctorants, c’est un niveau d’exigence élevé, à la fois concernant l’élaboration problématique et la conduite de recherche empirique. C’est aussi une orientation méthodologique qui mobilise conjointement plusieurs outils, de l’observation ethnographique à l’objectivation statistique. Sur le plan plus précisément analytique et théorique, ma réponse est plus mesurée quant à l’homogénéité de l’orientation. Les orientations sont en effet relativement diverses ; l’ensemble de l’équipe partage une conception globalement commune de la science sociale mais avec des orientations théoriques qui vont de l’héritage de la sociologie de Pierre Bourdieu à la sociologie pragmatique en passant par des approches plus classiques de science politique. Et il faut y ajouter les orientations de collègues d’autres disciplines au sein de SAGE, qui ont aussi vocation à suivre des étudiants de SSP.

Vous avez pu travailler sur le profil des étudiants dans votre livre « La culture comme vocation » et l’un de vos doctorants ici au SAGE, Ugo Lozach s’intéresse au profil des étudiants des IEP de province. Qu ’en est-il de l’évolution des profils des étudiants du Master SSP? 

Vincent Dubois : Le niveau de formation et d’engagement des étudiants du master est très bon, et, contrairement au discours de déploration qu’on entend souvent, suit une pente ascendante. Je souhaite qu’à l’avenir nous accueillions davantage d’étudiant étrangers. Ceux-ci doivent réunir des conditions relativement exigeantes : une excellente compétence linguistique en français, et une familiarité avec la conception des sciences sociales qui prévaut dans le master, assez éloignée de la science politique « mainstream » qu’on enseigne dans beaucoup d’universités étrangères. Ces critères ne sont pas toujours remplis par les candidatures reçues au niveau M2. C’est en revanche le cas pour ceux qui ont suivi notre M1 Sciences politiques et sociales, qui forme une excellente préparation au master SSP, pas seulement pour les étudiants étrangers bien sûr. Dans la mesure où le M1 connaît un bon développement, on peut espérer une augmentation quantitative et qualitative des inscriptions en SSP dans les années qui viennent.

Qu’en est-il du futur alors? 

Vincent Dubois : Il y a en sens inverse une certaine désaffection à l’égard des masters recherche en sciences sociales, y compris parmi les formations les plus prestigieuses, pour des raisons qui tiennent à la crise de l’emploi scientifique. Malgré cela, comme je le disais, SSP conserve un très bon niveau de recrutement. Pour le maintenir et l’améliorer, il faut aussi prendre acte de la réalité et des perspectives des étudiants après le master, et potentiellement après leur thèse. Dès lors, il faut encore renforcer le profil professionnalisant du master sans pour autant lui faire perdre son âme, intrinsèquement liée à la recherche, en facilitant les passages à une insertion professionnelle sans passage par le doctorat. C’est déjà bien engagé.